Communiqué de presse Films Femmes Méditerranée 2022

2 min.

Françoise Romand invitée d’honneur de la 17ème rencontre FILMS FEMMES MÉDITERRANÉE et offre un Ciné-Romand en clôture le 3 décembre.

La 17e édition des Rencontres Films Femmes Méditerranée vous donne rendez-vous à Marseille, puis en région, autour d’une quarantaine de films, longs et courts métrages, fictions, documentaires et films d’animation, tous singuliers et choisis dans l’énergie collective grâce à la diversité de leurs regards.

Trois longs métrages ainsi que trois courts métrages de Françoise Romand sont proposés lors du festival de cette mouture 2022.

La programmation questionne des sujets sensibles tels que le monde de l’adolescence, le poids des sociétés patriarcales, le passé colonial. Elle fait la part belle aux récits initiatiques et aux fresques familiales, où souvent l’humour et la sororité font contrepoids aux crises.

Avec l’envie de travailler les mémoires qui traversent les territoires méditerranéens, la programmation parcourt l’Algérie, la Tunisie, le Liban, la Palestine, l’Arménie, la Grèce, la République Tchèque, la Bosnie-Herzégovine, l’Italie, la France, l’Espagne et le Portugal.

C’est dans ce contexte que Françoise Romand et ses dérapages contrôlés sont mis à l’honneur. L’équipe de Films Femmes Méditerranée décrit la cinéaste comme « l’autrice de documentaires burlesques, intimes et politiques qui prouvent avec maitrise que l’aventure documentaire n’est pas une affaire de sérieux ». « Tout ça, c’est du cinéma » comme aime à le rappeler l’artiste.

Un Ciné-Romand pour clôturer les rencontres

Le samedi 3 décembre, une expérience cinématographique inédite.

Pour offrir un bonus aux spectateurs à la fin des Rencontres, Fims Femmes Méditerranée a choisi de réactiver une aventure cinématographique en appartement expérimentée depuis 2007 à Paris et Bagnolet par Françoise Romand. Elle interroge le système de diffusion des films et la réception des spectateurs et spectatrices, mélangeant indiscrétion et vraie passion pour la rencontre. C’est dans les tours Labourdette, que ce dernier rendez-vous de « Dérapages contrôlés » aura lieu, le choix du site étant guidé par l’originalité de cette cité d’habitation à la sociologie complexe où des souvenirs d’enfance de la cinéaste sont encore vifs. 

Interrogeant les lois de l’hospitalité et le cinéma à l’ère de sa diffusion numérique, Ciné- Romand est une mise en abyme des précédents films de Françoise Romand qu’elle sort de leur carcan et ramène comme un home-movie « chez l’habitant ».

Des anges, membres de FFM, ont chacun·e en charge un petit groupe de spectateurs, qu’ils conduisent chez les habitant·e·s. On pousse la porte, les occupant·e·s sont là. On les ignore, il ne s’agit pas d’une visite guidée des appartements… Dans un coin un écran diffuse un des films de Françoise Romand que l’on regarde un quart d’heure puis on se glisse dans un autre appartement, ainsi de suite pour la durée d’une séance de cinéma. Étrange expérience qui vous met dans la peau de l’homme ou de la femme invisible et aussi qui vous place devant une table de montage. Vous ne savez plus où orienter vos yeux et vos oreilles : l’écran de télé, la vue, l’architecture des lieux, la décoration de l’appartement, ou la vie intime des habitants ? Tous les codes de la convivialité́ sont chamboulés. Qui observe qui ou quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *